Pourquoi cet article ? Boomer et l’agence Simple s’associent pour développer des formations à la créativité en entreprise. Cet article est un complément aux 3 ateliers de travail que nous proposons pour amorcer ces formations.

Tout le monde connaît le terme créativité mais peu de gens s’interrogent sur sa réelle signification. Pourtant, cette compétence est de plus en plus cruciale à développer en entreprise. Les incertitudes qui nous attendent nous demandent constamment de voir les choses différemment, de faire preuve d’agilité et donc… de créativité. Mais pour acquérir ce « soft-skill », il faut d’abord se débarrasser des idées fausses les plus communes qui lui sont associées :

Créativité = Création.

« Je ne suis pas un artiste ! » est ce que l’on entend le plus souvent quand on demande aux collaborateurs d’être « créatifs ».

Pourtant, si on revient à l’origine des mots, être créatif c’est trouver des solutions à des problèmes extérieurs à soi. Être un créateur (un artiste), c’est rentrer en soi pour produire une création, résolution d’une tension intérieure. Ces deux notions sont donc complètement différentes.

Or tout le monde résout au quotidien des problèmes. Tout le monde est donc créatif. La vraie question est, par conséquent, de l’accepter et de développer cette compétence.

La créativité est un talent inné.

Le mythe « Euréka » (Archimède plongé dans sa baignoire et trouvant la solution à son problème) et la représentation symbolique d’une idée (l’ampoule qui s’allume au-dessus de la tête) ont causé beaucoup de tort à la production d’idées en lui conférant un caractère presque magique. Il y a donc ceux, les chanceux, qui arrivent « à voir la lumière » et les autres.

Or, toutes celles et ceux dont c’est le métier d’avoir des idées au quotidien vous diront la même chose : avoir des idées, c’est l’application de méthodes, la remise en cause permanente, l’acceptation de l’échec, l’absorption de stimuli extérieurs, l’enrichissement intellectuel permanent, … Rien de magique, donc, juste du travail.

La créativité appartient à quelques-uns.

Il existe en France, peut être encore plus qu’ailleurs, une survalorisation des « créatifs ». Il y a ceux qui ont des idées et… le reste du monde. Le danger d’une telle situation est que les autres collaborateurs se sentent dépossédés et se détournent de la production d’idées sous couvert « de ne pas faire partie de la bande ».

La production d’idées, au contraire, doit être un bien commun en entreprise. Pour y arriver, il est indispensable d’acculturer les collaborateurs. Tous les collaborateurs.

C’est pour aider ces collaborateurs à se débarrasser de ces idées fausses que nous avons développé des ateliers de créativité très opérationnels. Parce que la sensibilisation théorique ne suffit pas, nous partageons également les techniques utilisées par ceux dont c’est le métier d’avoir des idées pour que les participants apprennent à « être créatifs» par la pratique.

Vous voulez en savoir plus ? On peut vous expliquer de vive-voix notre méthode sur rendez-vous (prendre rendez-vous).

Partager cet article

LA NEWSLETTER

Pour réveiller l’innovateur.trice en vous !

C’est ici !